La consommation de la morue

La  morue  connaît  une  évolution  à  l'échelle  internationale  depuis  l‟antiquité  en  passant  par  les  périodes  médiévales   et  ce  jusqu'à  nos  jours.  La  consommation  de  la  morue  était  un  moteur  d'économie et de gastronomie dans les pays européennes telles que la France,  l'Italie et le Portugal  ou  s'impose  notre  recherche  scientifique.  La  dynamique  gastronomique  nous  a  montré  les  points  importants du secteur de consommations de la morue dans ses pays ses derniers ayant une richesse variée au niveau des préparations, des goûts et saveurs.

La France a concentré tous ses efforts dans le secteur de la consommation de la morue depuis  des siècles  avec   une  gastronomie  très  variée  dans  laquelle    les  personnes  ont  créés  des  recettes spéciales  de  poissons  et  des  restaurants,  des  centre  créateurs  de  cuisine. Cette création de recettes et d'espaces pour cuisiner et manger sont parmi les facteurs qu'ont donné une grande importance pour  l'espèce de poisson qu'est la morue. Toute cette  évolution  et  l'importance  de  la consommation  étaient  à  partir   la  première  moitié  du XXe  siècle  est  marquée,  malgré  les  deux  guerres,  une  importance  économique  très  riche  citons exemples la création des marchés commerciales de poisson l'évolution se développé par moyens différents  comme  la  publicité,  le  media,  le  journal    .  Cette  diversité  les  espaces  commerciales  a encouragé les consommateurs de créer des cuisines dans un lieu touristique ou bien administratif ou institutionnel Peu à peu se met en place une véritable industrie hôtelière. Ce faisant, les manières de table et le goût  français  deviennent  une  modèle  internationale  différente  saveur  de  morue  salée  et  dessalée ainsi la diversité dans l‟utilisation de la morue verte et morue rouge traduisent le grand effort qui est fait  pour  les  consommateurs C'est  au  cœur  de  la  France  que  l'on  recherche  et  découvre  les  trésors  gastronomiques  jusque-là  quelque peu négligés.

 Les différentes zones  qui consomment la morue?

 

     Dans ce travail  nous allons  étudier   la consommation  de la morue avec une variété de méthodes de cuisson, le savoir-faire … de la France, le Portugal, l'Italie. Les statistiques des consommateurs de la   morue après la capture a augmenté le nombre de sa capture qui n'est pas limitée. Ainsi la grands centre de co,sammation de la morue , le marché de la consommation est élargi. 

L    L'objectif de ce travail  contient la recherche des diverses méthodes  de preparaation  les diffrents gouts  de la morue entre des pays : France, Italie, Portugal.  Les utilisation des morues fraiches ou séchées, salées? C’est-à-dire savoir culinaire  des gens qui preferen consommé de la morue séchée, fumée à la morue fraiche, cela augmentera la durabilité de vie de l'espèce grâce aux limitations de pêche.

On va signaler la valeur la morue pour diffuser largement au public l'idée bien choisi et consomme  cette espèce. Comme plusieurs autres catégories de la vie sociale, la cuisine est un phénomène universel: tout  le  monde  mange.  La  préparation  et  la  consommation  des  aliments  (morue,  poisson,  viande) sont en effet des activités communes à tous les peuples, à toutes les cultures. Mais la façon de le  faire, c'est-à-dire la culture culinaire, est propre à chaque pays, chaque région, et  parfois chaque famille. Lorsqu‟on évoque les recettes traditionnelles en France ou bien portugais et l‟Italie , on  pense tout de suite à la galette de morue, ou d'autres plat au poissons.

Ces plats traditionnels sont issus dans la culture  européenne et on remarque que les produits marins en constituent  souvent la base. Mais on se demande si ces recettes sont toujours au goût du jour en  Europe, ou bien si ses résidents sont plus enclins à acheter des repas préparés  ? Et s‟ils cuisinent  encore ces recettes traditionnelles, sont-elles toujours préparées à base d‟ingrédients locaux?

La question est pertinente, car le fait de s'approvisionner en produits locaux pour ces recettes peut  avoir   des  répercussions  sociales,  économiques  et  environnementales,   trois   axes   du développement durable (Jacobs et Sadler, 1990). Premièrement, l‟industrie de l‟alimentaire demeure une des sources principales d’emplois dans la région :    pêcheurs,   agriculteurs,    transformateurs   et   distributeurs   en   dépendent l’achat. 

Faire la cuisine : de l’obligation au loisir

    Finalement,  ces  regards  croisés  de  mères  et  de  filles  illustrent  bien,  nous  semble-t-il  une  évolution progressive du «  statut » de la « cuisine morue  »: autrefois considérée comme un élément incontournable de la  panoplie de la « femme au foyer », au même titre que la couture, le repassage ou le ménage, la cuisine semble  être  en  partie  sortie  de  l’univers  de  l’obligation.  Cela  ne  signifie  pas,  bien  au  contraire,  que  la dimension obligatoire et contraignante de la préparation des repas ait disparu, bien au contraire : comme le montrent notamment les enquêtes quantitatives, « faire la cuisine », « faire à manger » la morue .

 

Le savoir culinaire :

     La cuisine de la morue  est avant tout un savoir-faire artisanal et manuel, et n'a donc pas de lien apparent avec le fait de maîtriser la langue écrite pour apprendre ou transmettre tel ou tel procédé, que ce soit chez les plus pauvres qui ont acquis une certaine sagesse culinaire ou encore chez les gens aisés, qui  n‟ont pas à se souvenir de recettes puisqu'ils ont abandonné ces pratiques à leurs cuisiniers.  Quelle  place  l'écrit  occupe-t-il  par  rapport  à  l‟oral  dans  la  transmission  de  la  cuisine francaise  à la fin du Moyen Âge? Quelle valeur l'historien devrait-il lui accorder dans l‟étude de cette matière ? Cette réflexion a pour objet de préciser les difficultés auxquelles sont confrontés les historiens de la cuisine, mais aussi de soulever des interrogations qui ne devraient pas être écartées. Si se nourrir est bien un acte de subsistance, tout au long du Moyen Âge, les cuisinier sont su faire preuve de leur talent en accommodant la nourriture  –  même si, au travers de ses techniques et de son matériel, la cuisine reste plus ou moins constante tout au long du Moyen Âge et n‟évolue pas de manière significative : procédés de cuissons, aliments de base, ustensiles. Des savoir-faire se sont toutefois développés et ont été transmis de génération en génération  –  souvent dans le cadre familial ; les individus n‟ont pas la nécessité d'écrire leurs connaissances, d'autant que la plupart des agriculteurs de cette époque sont analphabètes. début du Moyen Âge par la majorité de la population  –  bien que cette langue ai  évidemment su évoluer et que différents dialectes soient utilisés selon les régions. 

© 2017 patrimoinemorutier

Recette de cuisine avec la morue, cuisiné en Italie par les étudiants TPTI morutiers. © Narjess Nani, 2016

La diversité des formes à cuisiner pour la morue. La morue salée verte 

© http://media.srbacalhau.com, 2016